CONFUSION…

                                                                                             CONFUSION… dans NOSTALGIE et MELANCOLIE
Assis au milieu d’un immense parterre
De minuscules petites fleurs blanches,
J’attendais…
J’attendais la fin,
Ou plutôt, j’attendais que la faim,
Que la soif de savoir,
Ne me fasse me lever,
Pour connaitre le monde,
J’attendais d’exister…

Debout dans l’immensité glaciale
D’une aveuglante lumière froide
Maintenant je savais,
Je savais le début,
Je connaissais la fin…
Mais jamais je ne pourrais expliquer
A mon clone qui naitrait
Que la réalité  n’était pas,
Là où on l’attendait…

Ecrit par Gélindo SISSI

Laisser un commentaire